In memoriam

En mémoire de
Jean Pierre Bergeron (1946-2020)
fondateur du SRAM

« Un père est toujours un père,
rien ne peut effacer cette empreinte si chère.
 »
Charles-Simon Favard,
L'Anglais à Bordeaux (1763)

 

Il y a de ces organisations qui sont comme une famille. Au-delà du devoir et des tâches à accomplir, les personnes qui en font partie sont liées par une camaraderie, et souvent même de l’affection.  Ce lien est souvent attribuable à l’influence d’une figure paternelle qui a su la guider avec assurance et intelligence, tout en insufflant des valeurs profondément humaines.  Le SRAM est de ces rares organisations.  L’homme extraordinaire qui l’a mis au monde est Jean Pierre Bergeron.

La culture du SRAM, c’est lui qui l’a façonnée : service, compétence, stabilité, tradition, convivialité.  Des valeurs qui sont demeurées les mêmes, car elles reposent sur l’essentiel : un travail de qualité réalisé dans le plaisir par des gens qui sont heureux de rendre service.  Grâce à ces valeurs, le SRAM est comme une famille où il fait bon travailler.  Même après sa retraite, Jean Pierre Bergeron a toujours pris le temps de faire connaissance avec chaque nouvel employé, chaque nouveau membre du CA, dès qu’il en avait l’occasion, car il aimait son monde, incluant la famille du SRAM.  C’est aussi de cette manière qu’il est demeuré le père du SRAM, longtemps après en avoir quitté la direction.

Fondateur et directeur général du SRAM de 1972 à 2002, Jean Pierre Bergeron a bâti le SRAM à partir d’un besoin exprimé par les cégeps de Montréal et l’a développé, pour en faire un organisme dont la notoriété n’est aujourd’hui plus à faire au sein du milieu de l’éducation québécois. 

Grâce à sa vision, sa compétence et son autorité naturelle, Jean Pierre savait exercer une influence positive nécessaire pour rallier les collèges et leurs gestionnaires.  Bien au-delà de son travail auprès des collèges membres du SRAM, il s’est investi tout au long de sa carrière afin que l’ensemble des collèges du Québec et les autorités gouvernementales puissent œuvrer en synergie, dans le but d’assurer une cohérence des principes et des pratiques.  Ainsi, sous sa gouverne, le SRAM a fourni des services et créé des outils pour faciliter le passage du secondaire au collégial et du collégial à l’université.  Parmi ceux-ci : la création du service de la recherche du SRAM, du Guide pratique des études collégiales au Québec, du Guide pratique des études universitaires au Québec et d’un répertoire de la formation continue, pour ne nommer que ceux-là. 

Jean Pierre Bergeron a mené l’organisation à servir bien au-delà de la région de Montréal. Il a su faire valoir les avantages de se regrouper et les services offerts par le SRAM, attirant ainsi des collèges d’autres régions du Québec.  Au moment où il a pris sa retraite, le SRAM avait plus que doublé et regroupait 30 collèges. Il laissait un organisme autonome, sain, bien ancré et reconnu.

Si certains ont cru qu’il avait un style de gestion conservateur, c’est qu’ils n’ont pas perçu la vision, l’audace et la créativité de Jean Pierre Bergeron.  C’est souvent dans un mélange d’écoute, de bons arguments, de rire et de plaisir qu’il faisait passer ses idées…  Il était difficile de lui résister!

Jean Pierre Bergeron savait trouver la bonne personne pour chaque mission.  Il s’est ainsi entouré de gens qui ont su contribuer, chacun à leur manière, à la réalisation de sa vision.  Employés du SRAM, membres des comités-conseils, membres du Conseil d’administration et collaborateurs externes, il les a tous choisis lui-même.  Et une fois entrés dans le cercle de Jean Pierre Bergeron, on peut y rester longtemps, car c’était un homme fidèle.  Il a d’ailleurs forgé de solides amitiés avec de nombreuses personnes issues de toutes ces sphères, amitiés qui ont perduré à travers le temps et bien au-delà de sa carrière.

Le SRAM fut la fierté de Jean Pierre Bergeron, et avec raison.  Voir paraître le hibou du SRAM lui a toujours fait plaisir. C’est d’ailleurs de cela qu’a émergé la tradition d’offrir des statuettes de hibou à Jean Pierre en guise de remerciement ou d’amitié.  À son départ à la retraite, sa collection en comptait plus d’une centaine, ce qui témoigne de beaucoup de reconnaissance et de bons sentiments…

Jean Pierre Bergeron était homme hors du commun, un rassembleur, un audacieux, un homme charismatique qui aimait la vie.  Le SRAM s’engage aujourd’hui à respecter sa mémoire en perpétuant les valeurs qu’il lui a inculquées par son travail et par son exemple.  Il nous manque déjà, car la perte d’un père laisse toujours un grand vide.

Merci Jean Pierre Bergeron.  Nous ne t’oublierons jamais.